1-888-POUMON-9 (1-888-768-6669)
English    Site National   Rechercher   Contactez-nous  
Association pulmonaire du Québec / Fondation Québécoise en Santé Respiratoire

Apnée du sommeil

Don en ligne
Agence du Revenu du Canada: crédit d'impôt

Définition | Conséquences | Symptômes | Facteurs favorisant le développement de l'apnée du sommeil | Test d'évaluation du degré de somnolence | Diagnostic | Traitements de l'apnée du sommeil | La conduite automobile et la somnolence | L'exercice physique | Principales composantes des appareils | Glossaire

Apnée du sommeil
Cliquer sur l'image pour vous procurer votre guide de l'apnée du sommeil

Il est normal de ressentir toute une gamme d'émotions au moment de la confirmation du diagnostic. Vous serez peut-être soulagé de savoir enfin ce qui causait vos symptômes. Vous serez peut-être en colère, triste ou anxieux. Ces réactions sont normales. N'hésitez pas à en parler avec votre équipe soignante ou à communiquer avec l'Association pulmonaire afin d'obtenir information et soutien. L'information contenue dans cette section devrait aussi vous aider en répondant à plusieurs de vos questions.

INTRODUCTION

Le nombre de personnes atteintes d’apnée du sommeil est actuellement sous-estimé, car ils sont sous-diagnostiqués par les médecins.

Depuis 2002, la prévalence en obésité a augmenté, nous pouvons alors penser que les estimations d’apnée du sommeil aient aussi augmenté.

Les médecins de famille doivent être conscients du fait que le quart de leurs patients pourraient avoir un risque élevé d’apnée du sommeil.

La Société canadienne de thoracologie a diffusé des recommandations sur le diagnostic et le traitement de l’Apnée du sommeil (mise à jour 2011). Vous pouvez les consulter au :
http://www.lignesdirectricesrespiratoires.ca/guideline/apn%C3%A9e-du-sommeil

QU’EST-CE QUE L’APNÉE DU SOMMEIL?

L’Apnée du sommeil atteint au moins un adulte sur 20 et elle est aussi courante que le diabète et l’hypertension. Il y a quatre types d’anomalies respiratoires du sommeil :

Il est important pour le médecin d’établir une distinction entre els différents types d’apnée au sommeil, car le traitement diffère dans chaque cas.

Signes et Symptômes

Il est important de noter qu'une personne atteinte d'apnée du sommeil présente rarement tous ces symptômes et même, à l'occasion, très peu de symptômes.

QUELS SONT LES FACTEURS QUI FAVORISENT LE DÉVELOPPEMENT DE L'APNÉE DU SOMMEIL?

QUI SOUFFRE D'APNÉE DU SOMMEIL?

Si vous êtes affectés par les conditions médicales suivantes, vous présentez également un risque accru de souffrir d'apnée du sommeil :

COMORBIDITÉS

TEST D'ÉVALUATION DU DEGRÉ DE SOMNOLENCE

Toutes les personnes qui souffrent d'apnée du sommeil ne sont pas somnolentes pendant la journée. Toutefois, si vous désirez connaître votre niveau de somnolence, répondez à ce test.

Quels sont les risques de vous assoupir ou de tomber endormi dans les situations suivantes?

 

Échelle d'Epworth
0 = aucune chance de somnoler
1 = légère chance se somnoler
2 = chance modérée de somnoler
3 = forte chance de somnoler
Risques de somnoler
0, 1, 2, 3
Lecture en position assise  
En regardant la télévision  
Position assise, inactif dans un endroit public (par exemple, au théâtre ou durant une réunion)  
Comme passager dans la voiture, pour une période d'au moins une heure  
Pour une sieste d'après-midi, lorsque les circonstances le permettent  
Lors d'une conversation, en position assise et face-à-face  
En position assise après un repas sans alcool  
Au volant de votre voiture, durant les quelques minutes d'attente au feu de circulation  
TOTAL
 

Si votre résultat est supérieur à 10, vous avez une somnolence plus marquée que la moyenne de la population. Parlez-en avec votre médecin.
Si votre résultat est inférieur à 10, mais que vous manifestez quelques symptômes ou si vous souffrez des conditions énumérées ci-haut, il serait bon d'en parler avec votre médecin.

DIAGNOSTIC

L'apnée du sommeil est diagnostiquée à partir d'un test spécialisé appelé polysomnographie ou étude du sommeil. Ce test est effectué sous prescription médicale seulement.

Afin de déterminer la nécessité du test de polysomnographie, le médecin vous questionnera sur le sommeil et l'éveil, prendra connaissance de tous les antécédents médicaux et effectuera un examen physique pour déterminer, entre autres, la taille des adénoïdes et des amygdales.

Une révision complète de tous vos médicaments sera faite. Parfois, certains d'entre eux, comme les tranquillisants ou les relaxants musculaires, peuvent aggraver l'apnée du sommeil.

Chez l'enfant et l'adolescent, le test diagnostic n'est pas différent de celui des adultes. La chirurgie est toutefois plus souvent utilisée que chez les adultes.

Test de polysomnographie en laboratoire

Selon la Société canadienne de thoracologie1 ainsi que l'Académie américaine de la médecine du sommeil (American Academy of Sleep Medicine)2, la polysomnographie complète est le test de référence pour l'étude des troubles du sommeil. Ce test permet de confirmer le diagnostic d'un trouble du sommeil, de reconnaître une pathologie associée et d'orienter la décision thérapeutique.

1    La Société canadienne de thoracologie (SCT) regroupe des spécialistes en pneumologie ainsi que d'autres médecins et scientifiques du Canada, des États-Unis et d'autres pays. Les membres de la SCT collaborent à la prévention et au traitement des maladies respiratoires. La SCT est la section médicale de l'Association pulmonaire.

2    L'Académie américaine de la médecine du sommeil (American Academy of Sleep Medicine ou AASM) est une association médicale professionnelle qui édicte les normes de pratique dans le domaine de la médecine du sommeil.

Cet examen est effectué en laboratoire du sommeil. Il consiste à l'enregistrement de différents paramètres au cours du sommeil. Vous devez ainsi dormir avec plusieurs électrodes ou capteurs attachés à différents endroits sur le corps :

 

Apnée du sommeil

 

Finalement, toutes les données recueillies sont compilées, traitées par un logiciel, analysées par un technologue du sommeil et revues par un médecin spécialiste du sommeil afin d'établir le diagnostic.

Méthodes de surveillance à domicile

Étude de polysomnographie complète ou polygraphie respiratoire à domicile

Un technologue du sommeil vous expliquera la démarche d'installation que vous serez en mesure d'exécuter à domicile. Il existe différents types d'appareils portatifs qui peuvent servir à démontrer les anomalies respiratoires et en mesurer la sévérité, ainsi qu'à ajuster le traitement ou vérifier l'ajustement du traitement. Les informations sur votre sommeil seront enregistrées avec l'un de ces appareils informatisés que vous pouvez utiliser à la maison pour le temps d'une nuit. Au retour de l'appareil, une évaluation de votre condition sera faite. L'interprétation des résultats doit être réalisée par un médecin spécialiste du sommeil.

Pour faire suite au test à domicile, le médecin peut parfois demander une analyse en laboratoire afin de procéder à une étude plus complète des données recueillies et ainsi poser un diagnostic plus précis ou ajuster le traitement.

Indice d'apnée/hypopnée

L'indice d'apnée représente le nombre de périodes d'apnée ou d'hypopnée par heure de sommeil tel que démontré par une étude du sommeil. Cet indice permet d'évaluer le degré, la gravité des anomalies respiratoires et ainsi décider du traitement le plus approprié (aussi appelé AHI ou IAH).

Légère :             5 à 15 anomalies respiratoires/heure*
Modérée :             15 à 30 anomalies respiratoires/heure*
Sévère :             plus de 30 anomalies respiratoires/heure*

*Selon les critères établis par l'AASM

TRAITEMENTS DE L'APNÉE DU SOMMEIL

Suite à un diagnostic de condition chronique, telle que l'apnée du sommeil, l'adoption de saines habitudes de vie vous sera bénéfique à long terme. Le traitement dépendra ensuite de la sévérité des symptômes et de leurs causes.

A.   Adopter de saines habitudes de vie

Il est recommandé pour toute personne souffrant d'apnée du sommeil de :

Cesser de fumer
Le tabagisme peut aggraver vos symptômes d'apnée du sommeil. En effet, la cigarette favorise une production accrue de mucus, entraîne une inflammation des voies respiratoires, irrite votre gorge et vous fait tousser durant la nuit. En plus de diminuer l'irritation de votre gorge, cesser de fumer vous donnera également plus d'énergie pour vos activités physiques quotidiennes.

Le personnel hautement qualifié de la ligne Poumon-9 de l'Association pulmonaire du Québec vous renseigne sur les outils disponibles selon vos besoins pour vous aider à cesser de fumer et vous réfère à des programmes de cessation faits sur mesure pour vous.

Maintenir un poids santé
L'embonpoint est un facteur de risque de l'apnée du sommeil. Adopter une saine alimentation et faire de l'exercice régulièrement vous aideront à maintenir un poids santé. Une perte de poids de seulement 10 % (par exemple, une perte de 20 lb, chez un homme de 200 lb) réduira en moyenne de 30 % l'indice d'apnée/hypopnée. De même, une augmentation du poids de 10 % augmentera en moyenne l'indice d'apnée/hypopnée de 30 %.

Truc :

Consommer de l'alcool avec modération et éviter de prendre des somnifères ou des relaxants musculaires
L'alcool, les somnifères et certains médicaments antidouleur peuvent avoir pour effet de trop relâcher les muscles de la gorge. En conséquence, vos voies respiratoires peuvent s'affaisser et se bloquer plus facilement. Ils peuvent aussi rendre plus difficile pour votre cerveau de « se réveiller » et de détecter un manque d'oxygène dans votre corps. Cela peut entraîner des pauses respiratoires plus longues et plus graves. De plus, l'alcool stimule le cerveau et il accentue à long terme l'insomnie et les symptômes du manque de sommeil.

Trucs :

Traiter énergiquement la congestion nasale et les allergies
Contrôler l'environnement et prendre des médicaments contre les allergies (en collaboration avec votre équipe médicale) devraient diminuer vos symptômes et ainsi favoriser une meilleure tolérance à la P.P.C.

Et pour favoriser un meilleur sommeil :

Adoptez un horaire de sommeil régulier
Aller au lit et se lever à peu près aux mêmes heures tous les jours favorisent un meilleur sommeil. Un horaire de sommeil régulier aide également à prévenir « la surfatigue » qui peut aggraver les symptômes de l'apnée du sommeil.

Diminuez la consommation de caféine
Le café, le thé, les colas et le chocolat contiennent tous de la caféine et sont donc susceptibles de perturber votre sommeil. La caféine prolonge le temps d'endormissement et peut interrompre le sommeil durant la nuit.

Trucs :

Dormez sur le côté
Le fait de dormir sur le côté ne guérit pas l'apnée du sommeil. Dormir sur le côté plutôt que sur le dos peut toutefois diminuer la sévérité de l'apnée puisque lorsque vous dormez sur le dos, la gravité étire les tissus de votre gorge et de votre cou, ce qui peut rétrécir les voies aériennes supérieures ou les bloquer complètement.

Trucs :

Il est possible de s'entraîner à dormir sur le côté :

Si l'apnée du sommeil est de modérée à sévère, un traitement plus intensif sera nécessaire. Elle est habituellement traitée à l'aide d'un appareil à P.P.C., c'est-à-dire un appareil de ventilation à pression d'air positive continue, aussi connu sous l'appellation C.P.A.P.

B. Appareils de ventilation à pression positive continue (P.P.C.)

(de l'anglais « Continuous Positive Air Pressure » ou C.P.A.P.)

En juin 1980, le Dr Colin E. Sullivan, pneumologue et chercheur de l'Université de Sydney en Australie, commença à tester le traitement par P.P.C. C'est en février 1981 que le premier de ses patients rentra chez lui avec un appareil à P.P.C. Depuis, ce traitement est devenu le principal traitement employé pour traiter l'apnée obstructive du sommeil.

L'appareil à P.P.C. est le meilleur traitement pour les patients souffrant d'apnée obstructive du sommeil3. La pression positive continue ou P.P.C. signifie que de l'air est poussé par une pression positive continue au niveau des voies respiratoires de façon à les maintenir ouvertes. Cette pression doit être ajustée à l'aide d'un test de titration.

3    Selon la SCT et l'AASM

Votre médecin prescrira donc le type d'appareil le plus approprié selon votre diagnostic en tenant compte, au besoin, des autres maladies dont vous souffrez.

Test de titration

La « titration » est l'ajustement de l'appareil à P.P.C. du patient afin qu'il délivre la pression de traitement à un niveau adéquat. Contrairement aux médicaments qui sont assortis d'une posologie relativement standard, le traitement par P.P.C. requiert une titration spécifique au patient. La pression de traitement varie d'un individu à l'autre, de même que les obstructions, et elle peut également varier tout au long de la vie d'une personne.

L'étude de titration a généralement lieu dans un laboratoire du sommeil et implique habituellement le suivi d'une nuit par un spécialiste du sommeil qui ajuste les niveaux de P.P.C. en réponse aux troubles respiratoires du sommeil, tels que le ronflement, les hypopnées et les apnées obstructives. L'objectif est de trouver la pression la plus basse qui permettra de prévenir l'obstruction/affaissement des voies respiratoires à tous les stades du sommeil. Il permet également de corriger les apnées, de diminuer les micro-éveils et de régulariser le pouls et le taux d'oxygène dans le sang. L'étude dure plusieurs heures, car les besoins en pression d'un patient varient au cours de la nuit.

Il existe plusieurs types d'appareils à P.P.C.

L'appareil à P.P.C. fixe : c'est le traitement standard, le plus courant. L'appareil délivre toujours l'air avec une pression fixe.

L'appareil à P.P.C. automatique : il s'agit d'une alternative à l'appareil à P.P.C. fixe. Il est aussi efficace et certains le trouvent plus confortable puisque le niveau de pression s'adapte en fonction des événements respiratoires (apnées, hypopnées) ou des ronflements.  Il n’est pas recommandé de l’utiliser dans les cas de comorbidité.

L'appareil de ventilation à deux niveaux de pression (aussi appelé bipap ou bi-niveaux) : l'appareil bi-niveaux repose sur le même principe que les appareils à P.P.C. fixe et automatique, si ce n'est qu'il délivre une pression à deux niveaux avec une pression d'air réduite à l'expiration, ce qui facilite la respiration. Il est surtout utilisé par les personnes qui nécessitent une pression positive élevée, améliorant ainsi le confort et la tolérance au traitement.

On crée constamment de nouveaux produits. Pour obtenir un confort optimal, n'hésitez surtout pas à essayer les plus récents. Informez-vous des prix, des garanties ainsi que du service après-vente lorsque vous serez prêt à procéder à un achat.

COMMENT CELA FONCTIONNE ?

Apnée du sommeil

En gardant les voies aériennes supérieures ouvertes à tous les stades du cycle respiratoire, les ronflements et l'apnée sont contrôlés. Il s'agit d'un traitement et non d'une guérison. Si vous cessez d'utiliser l'appareil à P.P.C., vous recommencerez à faire de l'apnée.

Au début de son utilisation, malheureusement certaines personnes abandonnent si elles ne constatent aucun changement rapide. Le temps requis pour ressentir une amélioration peut être de 4 à 6 semaines d'utilisation soutenue, c'est-à-dire d'utilisation de l'appareil à toutes les nuits et pendant toute la durée de la nuit.

Il faut tout d'abord apprendre à dormir avec le masque sur le visage puis régler l'inconfort et les petits problèmes d'ajustement (par exemple, ajustement du masque, obstruction nasale). Ce n'est qu'après cette période d'ajustement que l'on commence à en ressentir les bénéfices.

Les patients disent s'habituer et devenir plus confortables avec l'équipement après 3 à 6 mois d'utilisation. Une période d'adaptation est donc nécessaire, il faut être patient ! La meilleure façon pour vous de vous adapter à cette nouvelle situation est de vous informer, de poser des questions et d'effectuer le suivi nécessaire avec votre équipe médicale.

Des problèmes ou des inconforts peuvent survenir en cours de traitement. Il est important d'en parler afin d'améliorer ou de corriger la situation. Une fois les problèmes résolus, les gens sont généralement très heureux d'utiliser leur appareil, surtout après avoir découvert tous les bienfaits apportés par ce type de traitement.

COMBIEN COÛTE CE GENRE D'ÉQUIPEMENT ?

Un appareil à P.P.C. et un masque, incluant l'encadrement et l'enseignement dont vous avez besoin, peuvent coûter entre 1 500 $ et 2 200 $.

FINANCEMENT

  • Régime d’Assurance privée
  • Prestataire d’aide sociale
  • crédit d'impôt pour frais médicaux. Consultez l'Agence du revenu du Canada, Revenu Québec ou un conseiller en fiscalité pour plus d'information.
  • Les fournisseurs d’équipement offre un programme de location avec option d'achat ou encore un plan de financement selon votre budget.

MISE EN GARDE

L’achat d’appareil usagé n’est pas recommandé.

La prudence est de mise pour les raisons suivantes :

  • Danger qu’une personne se traite sans diagnostic.
  • L’ajustement de la pression différente de la prescription médicale.
  • L’appareil a peut-être subi un déversement d’eau à l’intérieur; danger de moisissure.
  • La provenance de l’appareil (ex : milieu de fumeur, insalubre, infestation de punaise)

L’Association pulmonaire du Québec proscrit cette pratique.

La clef du succès

Une pression de traitement appropriée, un masque et un appareil confortables, une bonne formation et le soutien de vos proches feront souvent la différence entre succès et échec pour un grand nombre de personnes ayant recours à la P.P.C.

L’usage de l’appareil P.P.C. un minimum de 4 heures par nuit permet d’observer l’amélioration clinique. Il faut se donner un temps d’adaptation.

Le succès signifie un sommeil et un réveil de meilleure qualité et peut également s'accompagner d'une réduction de la pression artérielle et de la disparition des symptômes associés à l'apnée du sommeil. De plus, les effets de l'utilisation de l'appareil sont cumulatifs ! Plus on l'utilise, plus les bénéfices sont grands !

Lorsque tout se passe bien, les personnes qui utilisent l'appareil à P.P.C. disent ressentir des améliorations à plusieurs niveaux :

  • Plus grande vitalité
  • Plus d'énergie et une vie sexuelle plus satisfaisante
  • Meilleure humeur
  • Vigilance accrue au volant
  • Meilleur rendement professionnel

Une meilleure qualité de vie en général!!!

C. Appareil buccal

Votre médecin peut vous prescrire un appareil buccal (ou orthèse d'avancement de la mâchoire) moulé par un dentiste. Cette gouttière portée dans la bouche durant la nuit sert à tenir la mâchoire inférieure et la langue vers l'avant, ce qui a pour effet de maintenir l'ouverture des voies respiratoires supérieures. Toutefois, ce type d'appareil ne convient pas à tous les patients, n'offre pas d'aussi bons résultats que l'appareil à P.P.C. et peut occasionner des problèmes de mâchoire, de dents ou de gencives. Il est utilisé surtout pour l'apnée légère ou modérée. Quand il fonctionne, certains patients le préfèrent à la P.P.C.

Apnée du sommeilCe type d'appareil est disponible en modèle fixe ou ajustable. Le modèle ajustable jouit d'un plus grand succès que le modèle fixe. Certains dentistes ont une formation spéciale pour fixer et ajuster ces appareils dentaires.

Pour plus de renseignements sur les appareils dentaires, parlez-en à votre médecin spécialiste des problèmes du sommeil afin qu'il vous obtienne une consultation chez un dentiste spécialiste.

 

D. Approche chirurgicale

Avant d'envisager une chirurgie, parlez-en à votre médecin.


Voici les trois types de chirurgie qui pourraient vous être proposés :

1. La chirurgie conventionnelle

A) Uvulo-palato-pharyngo-plastie (U.P.P.P.)

Apnée du sommeil

Elle est pratiquée en salle d'opération sous anesthésie générale par un O.R.L. (oto-rhino-laryngologiste). Elle vise avant tout à contrôler le ronflement, mais elle est parfois aussi utilisée pour des patients souffrant d'apnée du sommeil pour qui l'appareil à P.P.C. ne fonctionne pas.

L'intervention consiste à enlever la luette et une partie du palais mou pour dégager les voies respiratoires. Si cela est nécessaire, les polypes nasaux ou les amygdales peuvent aussi être enlevés. Cette ablation peut changer ou réduire les ronflements forts, mais connaît un succès limité pour soigner l'apnée du sommeil. Le patient peut ressentir de la douleur après la chirurgie, mais pourra être soulagé rapidement par des médicaments. Une sécheresse de la gorge peut par contre rester de manière définitive.

B) A mygdalectomi e et adénoïdectomie

Chez l'enfant, l'apnée du sommeil est souvent liée à de grosses amygdales ou adénoïdes. Il est possible de les enlever par chirurgie afin de contrôler le problème. Habituellement, lorsque l'enflure due à la chirurgie se résorbe, les ronflements et les pauses respiratoires cessent, l'enfant dort mieux, se sent plus reposé et énergique. Si le problème d'apnée persiste malgré la chirurgie ou si celle-ci n'est pas indiquée, un traitement semblable à celui de l'adulte sera requis par exemple un traitement par P.P.C.

Chez certains adultes, l'amygdalectomie ou une chirurgie nasale sera envisagée soit pour permettre de mieux tolérer la pression positive ou, plus rarement, dans l'espoir de contrôler l'apnée.

2. Traitement par radiofréquence

Cette procédure consiste à réduire l'épaisseur des tissus de la gorge et de la langue par cautérisation, c'est-à-dire, en chauffant les tissus sous-cutanés avec une aiguille liée à un générateur de radiofréquence, laissant ainsi plus d'espace pour le passage de l'air.

Comme il s'agit d'un nouveau traitement, il est trop tôt pour en connaître les résultats à long terme.

3. Chirurgie au laser

Il s'agit d'une opération de diminution des tissus de la gorge qui se fait sous anesthésie locale, en plusieurs séances. Il est important de savoir que cette chirurgie n'est pas recommandée pour les cas d'apnée du sommeil, mais plutôt pour les cas de ronflement.

En conclusion, sachez que tous les types de traitement, que ce soit un appareil à P.P.C., un appareil dentaire ou une chirurgie, doivent être choisis en fonction de votre condition. C'est avec l'aide de votre équipe médicale que vous trouverez le traitement qui sera le plus approprié pour vous.

Apnée du sommeilLA CONDUITE AUTOMOBILE ET LA SOMNOLENCE

À peu près tout le monde connaît les dangers de la conduite avec facultés affaiblies par l'alcool, mais parallèlement, peu de gens réalisent que la somnolence au volant peut avoir des conséquences tout aussi tragiques. Comme l'alcool, la fatigue ralentit les réflexes et le temps de réaction, diminue l'attention, fausse le jugement et accroît les risques d'accident.   Une nuit blanche équivaut à un taux d’alcoolémie de 0.08.

Un conducteur fatigué représente un danger pour lui-même et pour les autres.   Les personnes atteintes d’apnée du sommeil et qui ne sont pas traitées ont 2 fois plus de risques d’être impliquées dans un accident de la route.

D’après une compagnie de transport aux États-Unis, une étude a démontré une réduction de 30% des accidents et de 48% des coûts associé.

Selon la SAAQ (Société de l'assurance automobile du Québec), la fatigue serait en cause dans 19 % des accidents mortels et dans 23 % de l'ensemble des accidents avec blessures corporelles sur les routes du Québec.

La fatigue éprouvée par le conducteur serait le facteur déterminant dans 30 % à 40 % des accidents mortels impliquant un véhicule lourd.   Ce risque excédentaire est corrigé par l'utilisation assidue de l'appareil à P.P.C.

Votre diagnostic d'apnée du sommeil doit être déclaré à la SAAQ. En déclarant votre condition ainsi que le traitement utilisé, vous serez en règle, en cas d'accident.

Apnée du sommeilL'EXERCICE PHYSIQUE

L'exercice est bénéfique pour les personnes souffrant d'apnée du sommeil. Si vous pratiquez une activité physique régulièrement, vous pourrez constater que votre qualité de vie s'améliore à différents niveaux, tels que :

Votre médecin peut vous suggérer un programme d'exercices adapté à vos besoins. Les recherches démontrent que ceux qui font de l'exercice se sentent mieux, qu'ils éprouvent moins de tension et qu'ils sont moins déprimés et anxieux. Même les petits changements, tels que la marche quotidienne, pourraient faire une grande différence.

TRUCS, ASTUCES ET AUTRES INFORMATIONS PRATIQUES

Principales composantes des appareils :

Le compresseur d'air

Un générateur/compresseur d'air envoie de l'air à une pression préréglée à travers un filtre et via une tubulure et un masque.

La plupart des appareils à P.P.C. peuvent se placer sans problème sur une table de nuit. Leur apparence varie selon le manufacturier. En voici quelques modèles :

 

Apnée du sommeil

Note : Les photos sont à titre indicatif seulement. D'autres modèles existent, il suffit de demander à votre fournisseur de vous présenter celui qui vous conviendra le mieux.

Truc :

La tubulure

La tubulure est un grand tube de plastique qui relie l'appareil au masque.

Trucs :

L'humidificateur

Les humidificateurs semblent avoir un effet considérable sur le confort et la volonté de poursuivre le traitement. Les humidificateurs soulagent l'irritation et la sécheresse nasale qui peuvent résulter d'un débit d'air constant, particulièrement à des pressions de traitement élevées.

Deux types d'humidificateurs sont offerts sur le marché :

Trucs :

Le masque

Les masques sont utilisés conjointement avec tous les types d'appareils à pression positive. Le choix d'un masque qui vous convient bien est crucial pour une expérience réussie avec ce type de traitement. Vous pouvez trouver une multitude de modèles sur le marché offerts en différentes grandeurs pour un meilleur confort. Votre équipe médicale ainsi que votre fournisseur d'appareil à P.P.C. vous guideront dans votre choix, mais la décision finale vous revient ! Vous seul pouvez choisir le masque qui vous convient le mieux.

Avant d'en choisir un, il est important de savoir qu'il existe sur le marché quatre grandes catégories de masques.

Apnée du sommeil

Le masque narinaire (ou nasal direct) : Les coussinets nasaux s'ajustent directement dans les narines. Il ne couvre pas la surface du nez. Comme il est petit, il n'obstrue pas la vue. Il convient mieux à ceux qui pourraient se sentir claustrophobes avec le port d'un masque qui couvre une plus grande partie du visage.

Par contre, il peut causer plus d'irritation au niveau des narines surtout si la pression de l'appareil est élevée. Il est donc souvent utilisé en alternance avec le masque nasal.

 

Apnée du sommeilLe masque nasal : Il recouvre seulement le nez. C'est le masque utilisé par 90 % des patients, car en général, c'est le plus confortable et celui qui présente le moins de fuites.

Par contre, il est plus difficile à utiliser si le nez est très petit ou fracturé. Il peut aussi irriter la peau s'il est mal ajusté. Il est difficilement tolérable en cas de congestion nasale.

 

Apnée du sommeilLe masque facial : Ce modèle couvre le nez et la bouche. Il est idéal lorsque le nez est complètement obstrué puisqu'il permet de respirer par la bouche. Toutefois, il est moins confortable, plus chaud, plus difficile à ajuster et présente donc plus fréquemment des fuites. L'utilisation d'un support frontal améliore sa stabilité en réduisant le mouvement du masque sur le visage.

Le masque facial devrait être envisagé comme une solution temporaire dans le cas d'obstruction nasale.

 

Apnée du sommeilLe masque buccal : Il recouvre seulement la bouche. Il est surtout utilisé par les personnes qui respirent par la bouche et ceux qui souffrent d'une obstruction nasale chronique.

 

Trucs :

Ajustement du masque

Les professionnels en santé respiratoire ainsi que les fournisseurs d'appareils à P.P.C. peuvent vous conseiller pour l'ajustement des masques et des appareils à P.P.C. Ils vous aideront à choisir l'équipement qui vous convient le mieux.

Lorsque vous essayez un masque, vous devriez vous sentir relativement à l'aise dès le premier essai sans avoir à souffrir pour vous y habituer. Vous devez rechercher le confort et un bon ajustement.

Le plus petit masque avec lequel vous êtes à l'aise devrait être votre meilleur choix. Une légère fuite est acceptable, à condition qu'elle ne pousse pas l'air vers vos yeux pour éviter la sécheresse et l'irritation oculaires.

Après un certain temps, votre masque et les sangles seront abîmés par l'usure, puisque vous l'utiliserez chaque nuit. Un nettoyage régulier peut prolonger la durée de vie de votre équipement. Malgré tout, les manufacturiers recommandent le remplacement du masque et des sangles une fois par année. De nombreuses compagnies d'assurance couvrent le coût de remplacement des pièces.

Utilisation d'une mentonnière

La mentonnière a été conçue pour aider les gens qui n'arrivent pas à dormir la bouche fermée. Lors de l'utilisation de l'appareil à P.P.C. avec un masque nasal ou narinaire, si vous dormez la bouche ouverte, la sécheresse de la bouche et du nez pourrait vous incommoder et diminuer l'efficacité de votre traitement. Le port d'une mentonnière pourrait vous aider. Elle s'attache à votre sangle principale, entoure votre menton et se rabat sur elle-même au moyen d'une languette de velcro afin de bien maintenir votre bouche fermée.

Avant d'utiliser une mentonnière, il est important de vérifier d'abord si la raison pour laquelle vous n'arrivez pas à dormir la bouche fermée est parce que vous souffrez d'obstruction nasale. Si tel est le cas, parlez-en à votre médecin pour corriger la situation.

Entretien du masque et de la tubulure

Solutions aux inconforts parfois rencontrés

Nez sec
Pour prévenir la sécheresse nasale, réajustez le niveau de l'humidificateur chauffant, utilisez un vaporisateur nasal ou un gel soluble (en vente libre à la pharmacie).

Obstruction nasale
Votre équipe médicale pourrait vous recommander :

À noter : Les décongestionnants avec pseudoéphédrine (comme Otrivin, Dristan) peuvent aider lors de rhumes. Ils sont cependant contre-indiqués en présence d'hypertension, de problèmes cardiaques et vasculaires. De plus, ils peuvent augmenter le problème d'obstruction nasale s'ils sont utilisés pendant plus d'une semaine. Vérifiez avec votre pharmacien avant de l'utiliser.

Bouche sèche
Avoir la bouche sèche au réveil suggère que vous dormez peut-être la bouche ouverte. Assurez-vous de ne pas avoir d'obstruction nasale. Si ce n'est pas le cas, l'utilisation d'une mentonnière pourrait vous aider.

Fuite d'air
Il n'est pas conseillé de trop serrer les sangles du masque de l'appareil à P.P.C. Un léger échappement d'air est acceptable, mais celui-ci doit être orienté en permanence vers le bas de votre visage. Une fuite dirigée dans un oeil peut produire de la sécheresse et de l'irritation. Assurez-vous que vous avez un masque à votre taille et bien ajusté à la forme de votre visage.

Si vous souffrez d'obstruction nasale, le fait de respirer par la bouche pourrait causer des fuites.

Plaies et rougeurs
Les plaies sur l'arête du nez sont causées par une mauvaise grandeur ou forme de masque ou encore par un masque trop serré. Le masque doit être suffisamment serré pour sceller sans pour autant laisser des marques rouges en permanence sur votre visage.

L'utilisation d'un support frontal, s'il est disponible avec le masque utilisé, pourrait améliorer sa stabilité en réduisant le mouvement du masque, mieux distribuer la pression et ainsi diminuer les rougeurs.

Sensation de ballonnement-air dans l'estomac
Il est possible de ressentir des gaz au niveau de l'estomac ou des intestins au réveil. Cette situation est probablement due au fait que vous « avalez » un excès d'air provenant de votre appareil. Une des façons de diminuer ce désagrément est de vous exercer à respirer lentement et profondément lorsque vous utilisez l'appareil. Ce problème arrive le plus souvent lors des premières nuits de traitement. Il est important d'en discuter avec votre équipe médicale si le problème persiste plus d'un mois ou est très inconfortable.

N'oubliez pas :

Communiquez avec votre équipe médicale si :

 

RECOMMANDATIONS

Pour connaître les Centres spécialisés en diagnostic et traitement de l'apnée du sommeil ou les fournisseurs d'équipement, contactez la ligne Info-Apnée de l'Association pulmonaire du Québec au 1-888-768-6669, poste 232.

L'Association pulmonaire du Québec désire remercier :

Dr Katéri Champagne, pneumologue et épidémiologiste, Centre Universitaire de Santé McGill, diplômée de l'American Board of Sleep Medecine

Dr Frédéric Séries, pneumologue, Hôpital Laval, membre du Comité des troubles respiratoires du sommeil de la Société Canadienne de Thoracologie

Julie Dallaire, M.Sc. Inf. Infirmière clinicienne spécialisée, pneumologie, Centre Universitaire de Santé McGill

Pour leur contribution à la révision de ce guide.

GLOSSAIRE

Allergologue : médecin spécialiste du diagnostic et du traitement des allergies.

Apnée du sommeil : maladie respiratoire caractérisée par des arrêts respiratoires durant le sommeil où le passage de l'air dans les voies respiratoires est complètement bloqué.

American Academy of Sleep Medecine (ou AASM) : l'Académie américaine de la médecine du sommeil est une association médicale professionnelle pour les cliniciens, chercheurs, et autres fournisseurs de soins de santé dans le domaine de la médecine du sommeil. À titre d'organisme national d'agrément (É.-U.) des centres et laboratoires des troubles du sommeil, l'AASM définit les normes et fait la promotion de l'excellence en matière de soins de santé, d'éducation et de recherche dans le domaine de la médecine du sommeil.

American Board of Sleep Medecine: organisme reconnaissant la formation et le niveau d'expertise de médecins formés en médecine du sommeil.

Bande Breathe Right : bandelette nasale disponible en pharmacie sans ordonnance. Portée sur le nez, elle ouvre doucement les passages nasaux pour faciliter la respiration.

Bipap : de l'anglais « Bi-level Positive Airway Pressure ». Appareil qui délivre une pression à deux niveaux avec une pression d'air réduite à l'expiration.

Cautérisation : technique médicale basée sur l'utilisation de la chaleur ou de produits chimiques pour détruire des cellules anormales ou obturer des vaisseaux sanguins.

C.P.A.P. : de l'anglais « Continuous Positive Air Pressure ». Voir P.P.C.

Dette de sommeil : manque de sommeil. Si vous ne dormez pas assez, vous accumulez une « dette de sommeil ». C'est la différence entre la quantité de sommeil dont votre corps a besoin et votre véritable temps de sommeil.

Hypopnée : diminution du mouvement respiratoire due à une obstruction partielle des voies respiratoires.

IAH : indice d'apnée et d'hypopnée ou nombre de périodes d'apnée ou d'hypopnée par heure de sommeil.

Laboratoire du sommeil : clinique médicale spécialisée dans le diagnostic de divers troubles respiratoires du sommeil. Il existe des laboratoires du sommeil publics et privés.

Mentonnière : bande de tissu se portant sous le menton afin de garder la bouche fermée.

Micro-éveils : réveil de courte durée (3 à 14 secondes). Les micro-éveils passent souvent inaperçus et altèrent la qualité du sommeil.

ORL : oto-rhino-laryngologie. Spécialité médicale dans le traitement des problèmes reliés aux oreilles, au nez et à la gorge.

Pneumologue : médecin spécialiste des maladies pulmonaires et des problèmes respiratoires.

Polysomnographie (ou étude du sommeil) : examen effectué en laboratoire du sommeil ayant pour but de poser le diagnostic d'apnée du sommeil. Il est aussi utilisé pour le test de titration.

P.P.C. : appareil de ventilation à pression positive continue. De l'air est poussé par une pression positive au niveau des voies respiratoires de façon à les maintenir ouvertes.

Société canadienne de thoracologie : la Société canadienne de thoracologie (SCT) regroupe des spécialistes en pneumologie ainsi que d'autres médecins et scientifiques du Canada, des États-Unis et d'autres pays. Les membres de la SCT collaborent à la prévention et au traitement des maladies respiratoires par le leadership, l'éducation, la recherche, le plaidoyer ainsi que l'élaboration et la mise en oeuvre de lignes directrices de pratique clinique. La SCT est la section médicale de l'Association pulmonaire.

Test de titration : test fait au laboratoire du sommeil qui sert à déterminer la pression optimale de l'appareil à P.P.C. Ce test devra être refait lorsqu'une personne utilisant un appareil à P.P.C. gagne ou perd beaucoup de poids.

U.P.P.P. : uvulo-palato-pharyngo-plastie. Procédure chirurgicale qui consiste à enlever la luette et une partie du palais mou.

Références
Société canadienne de thoracologie. 2011. Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire, Recommandations pour le diagnostic et le traitement de l'apnée du sommeil
American Academy of Sleep Medecine. 2008. www.aasmnet.org
Cadre de travail national sur la santé pulmonaire de l'Association pulmonaire, octobre 2008
Conseil canadien d'agrément des services de santé. 2008. www.acreditation-canada.ca
Johns, MW. 1991. « A new method for measuring daytime sleepiness: The Epworth Sleepiness Scale », Sleep, 14:540-5
Agence de la santé publique du Canada. La vie et le souffle : Les maladies respiratoires au Canada
Société de l'assurance automobile du Québec. Fatigue au Volant

L'Association pulmonaire met à la disposition du public une ligne téléphonique sans frais :

Des professionnels spécialisés en santé respiratoire sont là pour vous aider. Le service est offert du lundi au jeudi de 8h à 16h30 et Vendredi de 8h à 12h.

Merci à :

Apnée du sommeil    Apnée du sommeil

Nouvelles & Annonces

Facebook YouTube Twitter Flickr Ustream Ustream

© 2016 Association pulmonaire du Québec. Tous droits réservés.

Plan du site  |  Politique sur la vie privée  |  Avis de non-responsabilité

Dernière mise à jour le 05 septembre 2014

11756212 visites depuis janvier 2016