1-888-POUMON-9 (1-888-768-6669)
English    Site National   Rechercher   Contactez-nous  
Association pulmonaire du Québec / Fondation Québécoise en Santé Respiratoire

Cancer du poumon

Don en ligne

Cancer pulmonaire | Causes | Signes et symptômes | Diagnostic | Traitements | Conseils et prévention | Aide

 

 

Cancer pulmonaire

Au Québec, environ 8000 cas de cancer pulmonaire sont diagnostiqués chaque année. Cette maladie est malheureusement connue pour son faible taux de survie. Cela s’explique par une prise en charge difficile des personnes atteintes, car le diagnostic est souvent fait tardivement et qu’il y a présence d’autres maladies chroniques. Il est de ce fait primordial de sensibiliser la population à ce cancer.

Le cancer du poumon est une maladie causée par le développement désordonné de cellules anormales dans les poumons. Ces cellules anormales n’accomplissent plus leur fonction habituelle. Au contraire, les cellules cancéreuses, en se multipliant, détruisent les tissus sains du poumon. Il existe 2 principaux types de cancer du poumon :

Un cancer qui prend naissance dans une autre partie du corps et qui se propage dans les poumons n’est pas un cancer pulmonaire; nous parlerons alors de métastases pulmonaires.

 

Causes

Le tabac est le grand responsable de cette maladie. On estime à plus de 85 % le nombre de cas dont le tabac est la cause principale. La durée de l’exposition et la quantité de cigarettes fumées sont des facteurs liés au tabagisme pouvant augmenter le risque de développer un cancer du poumon.

D’autres facteurs peuvent être associés au risque de développer un cancer pulmonaire, tels la fumée secondaire, l’exposition au radon, l’amiante, l’exposition professionnelle à des substances carcinogènes (benzo[a]pyrènes, cadmium, arsenic...), la pollution de l’air extérieur, etc. Le bagage génétique et la susceptibilité de l’individu jouent aussi un rôle important dans le développement de cancer.

 

Signes et symptômes

Le cancer pulmonaire s’installe de façon insidieuse : peu de symptômes sont présents dans les premières phases du développement de la maladie. Son dépistage précoce, au moment où il peut être le plus facilement guéri, s’avère donc difficile. Au début, les symptômes sont peu apparents et dépendent de facteurs tels la région touchée et la taille de la tumeur.

Le symptôme le plus fréquent et souvent le premier à faire son apparition est la présence d’une toux inexpliquée. Par contre, d’autres symptômes peuvent être associés au cancer du poumon :

Ces manifestations sont non spécifiques et peuvent aussi être retrouvées avec d’autres maladies. Ainsi, un examen médical est donc primordial.

 

Diagnostic

Le cancer pulmonaire est la forme de cancer la plus couramment diagnostiquée. La radiographie pulmonaire est souvent le premier test utilisé dans le processus de diagnostic. Par la suite, le médecin peut suggérer selon le cas, une tomodensitométrie thoracique, un TEP-scan (tomographie par émission de positrons) une bronchoscopie, un EBUS (cytoponction ganglionnaire par échographie endobronchique), une biopsie trans-thoracique et même une chirurgie pulmonaire exploratoire pour investiguer et confirmer un cancer pulmonaire.

L’investigation permettra au médecin de confirmer la présence du cancer pulmonaire, son type, et son stade (détermine l’étendue du cancer sur une échelle de 1 à 4). De plus, certaines analyses effectuées sur les prélèvements cytologiques ou la biopsie pulmonaire permettront d’identifier des mutations spécifiques des cellules cancéreuses pouvant avoir un impact dans le plan de traitement proposé (thérapie ciblée).

 

Traitements

Le cancer pulmonaire est souvent diagnostiqué tardivement, ce qui en fait un cancer difficilement traitable. Le choix du traitement dépendra de plusieurs facteurs : le type de cancer (ou type cellulaire), le stade clinique (extension de la maladie) et l’état physiologique du malade (âge, fonction pulmonaire, santé générale, etc.), sans oublier son état psychologique. Les principaux traitements proposés dans le cas du cancer pulmonaire sont la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et, plus récemment, la thérapie ciblée. Souvent surnommée « chimiothérapie orale », la thérapie ciblée peut être administrée sous forme de comprimés.

Chaque modalité de traitement peut être utilisée seule ou en combinaison avec une autre. D’autres avenues de traitements sont parfois utilisées via des protocoles de recherche (essais cliniques). Votre médecin saura vous conseiller si certains pourraient s’appliquer à vous. Il est important de réaliser que le traitement optimal proposé est individualisé pour chaque patient selon plusieurs facteurs et souvent selon un consensus obtenu après discussion (comité des tumeurs pulmonaires) des différents spécialistes impliqués (pneumologues, chirurgiens thoraciques, oncologues, radio-oncologues et pathologistes). Dans les maladies plus avancées des soins de support ou soins palliatifs sont offerts au patient.

 

Conseils et prévention

Les meilleures chances de guérison se trouvent chez les patients dépistés très tôt, éligibles à la chirurgie et traités dans les premiers stades de la maladie (Stades 1 et 2). Il est donc primordial d’être à l’écoute des changements et des symptômes anormaux ressentis. L’arrêt tabagique demeure l’aspect le plus important dans la prévention du cancer pulmonaire.

 

Aide

L’Association pulmonaire du Québec (l’APQ) offre un groupe d’entraide mensuel pour les personnes atteintes de cancer pulmonaire ainsi qu'une ligne téléphonique d'informations sans frais du lundi au jeudi de 8h à 16h30 et le vendredi de 8h à 12h. Notez que cette activité est également offerte en webdiffusion.

 

poumon-9

Nouvelles & Annonces

Facebook YouTube Twitter Flickr Ustream Ustream

© 2016 Association pulmonaire du Québec. Tous droits réservés.

Plan du site  |  Politique sur la vie privée  |  Avis de non-responsabilité

Dernière mise à jour le 18 janvier 2016

10445212 visites depuis janvier 2016