1-888-POUMON-9 (1-888-768-6669)
English    Site National   Rechercher   Contactez-nous  
Association pulmonaire du Québec / Fondation Québécoise en Santé Respiratoire

Les groupes environnementaux et de la santé publique appuient la démarche de la Ville

Montréal, le 23 février 2009 - Alors que la Ville s'apprête à adopter le règlement visant à interdire l'installation de nouveaux systèmes de chauffage au bois à Montréal, le Conseil régional de l'environnement de Montréal (CRE-Montréal) et l'Association pulmonaire du Québec (APQ) soutenus par une dizaine de groupes environnementaux*, réitèrent leur appui à la Ville de Montréal et lui demandent de ne pas reculer devant les pressions de l'industrie.

Les organismes rappellent que ce premier règlement constitue une étape essentielle afin d'empêcher que la situation ne se détériore davantage à Montréal, qui bat son triste record d'épisodes de smog hivernal, avec 32 avertissements à la mi-février, soit près du double que l'année 2005, qui jusque là était considérée comme étant la pire année en termes de mauvaise qualité de l'air en hiver.

Bien qu'il soit certain que les sources de particules fines, à l'origine du smog hivernal, soient diverses et comprennent aussi le transport routier (14%) et les industries (22%), le chauffage au bois en est la cause principale, avec 61% des émissions.

Dans une déclaration envoyée aujourd'hui aux élus, les groupes indiquent que le lien entre les émissions de particules fines dans l'air par les appareils de chauffage au bois et les troubles respiratoires est aujourd'hui bien établi. En effet, celles-ci sont responsables de 6028 cas de bronchite infantile à Montréal chaque année et de 40 449 jours de symptômes d'asthme pour Montréal.

« C'est la santé de la population qui doit primer dans ce dossier », indique Louis P. Brisson, président directeur général de l'APQ. « Le confort et le bien être des populations à risque, comme les enfants en bas âge, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies pulmonaires sont directement liés à la qualité de l'air à Montréal. »

Même s'ils reconnaissent que ce premier règlement est toutefois insuffisant pour régler le problème de qualité de l'air qui sévit actuellement, les groupes sont d'avis que la démarche est essentielle. « Avec ce règlement, nous avons là une solution simple et efficace pour empêcher une détérioration supplémentaire de la qualité de l'air » explique André Porlier, directeur général du CRE-Montréal. « La Ville de Montréal devra cependant aller au bout de sa démarche en adoptant un règlement obligeant les propriétaires actuels à remplacer leur système de chauffage au bois pour des systèmes au gaz ou à granule de bois et ce, d'ici 7 ans » précise-t-il.

-30-

La déclaration ainsi qu'une fiche résumant les principaux enjeux liés au chauffage au bois sont disponibles au : www.cremtl.qc.ca

 

Renseignements

Leïla Copti
Conseillère en politique et communication
Conseil régional de l'environnement de Montréal
514.842.2890, poste 226
Cell. 514.661.6134

 

Dominique Massie
Association pulmonaire du Québec
514.287.7400, poste 224
Cell. 514.975.5382

 

*Equiterre, AQLPA, Greenpeace, Centre d'écologie urbaine de Montréal, Comité de vigilance environnementale de l'est de Montréal, STOP, Association pour la santé environnementale du Québec, Collectif en environnement Mercier-est

Nouvelles & Annonces

Facebook YouTube Twitter Flickr Ustream Ustream

© 2016 Association pulmonaire du Québec. Tous droits réservés.

Plan du site  |  Politique sur la vie privée  |  Avis de non-responsabilité

Dernière mise à jour le 05 mai 2009

11284482 visites depuis janvier 2016