1-888-POUMON-9 (1-888-768-6669)
English    Site National   Rechercher   Contactez-nous  
Association pulmonaire du Québec / Fondation Québécoise en Santé Respiratoire

Communiqués

2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007

19 novembre 2015
Le radon: 3000 décès par année selon santé canada

Montréal, 10 novembre 2015 – Novembre est le mois de sensibilisation au radon. Ce gaz inodore et incolore est emprisonné l’hiver dans les maisons lorsque les portes et les fenêtres restent clauses. En grande concentration, il devient pourtant très dangereux : une personne sur huit décède des suites d’un cancer du poumon causé par le radon. Heureusement, le radon est facile à détecter, il ne suffit que d’avoir le bon outil.

Un risque bien réel

Le radon provient de la désintégration de l’uranium dans le sol. Il passe par les fissures dans la croûte terrestre et s’infiltre dans les maisons par, entre autres, les drains et les bris de fondation. La concentration de radon dans les maisons se mesure en becquerels par mètre cube (Bq/m3). La ligne directrice émise par Santé Canada est de 200 Bq/m3 pour l’intérieur des bâtiments.

« Au-delà de cette limite, à long terme, on estime qu’il y a danger de développer un cancer du poumon. En fait, au Canada, 16 % des cancers du poumon seraient attribuables à une exposition prolongée au radon », explique Geneviève Tremblay, inhalothérapeute et directrice des programmes de soutien, d’éducation et de sensibilisation à l’APQ.
« On sait également que le tabagisme associé à une exposition à long terme au radon augmente drastiquement les chances de développer un cancer. C’est un véritable cocktail explosif », poursuit la professionnelle.

Un appareil simple, un test facile

L’appareil pour détecter la concentration de radon à domicile est peu dispendieux et s’appelle un dosimètre. Il est extrêmement facile à utiliser, mais il faut d’abord savoir où s’en servir.

« Le meilleur endroit pour faire le test est l’étage le plus bas que les membres de la famille utilisent plus de 4 heures par jour », précise Dominique Massie, directrice générale de l’APQ.
« Par exemple, si vous avez des chambres au sous-sol, il est préférable de faire le test à cet étage. Comme le gaz provient du sol et se dissipe en montant, vous obtiendrez un résultat plus pertinent en testant le plus bas niveau occupé de votre maison. »

Une fois la pièce choisie, il suffit de sortir le dosimètre de l’emballage et le déposer sur un meuble, plus ou moins à la hauteur du visage et donc de l’air respiré, puis le laisser au même endroit pour un minimum de 3 mois.

« En ce moment, au Québec, on tient les fenêtres bien fermées. La circulation de l’air venant de l’extérieur ne vient pas fausser les données du test. Donc, jusqu’au mois d’avril, c’est le moment idéal pour mesurer la concentration de radon chez soi et obtenir un résultat valable le plus rapidement possible », conclut Mme Massie.

Afin de se procurer un dosimètre à prix modique, on peut contacter L’Association pulmonaire du Québec au 1-888-POUMON-9 du lundi au vendredi ou le commander en ligne au /.

- 30 -

Renseignements:


Maud Lapierre-Courtemanche
Conseillère développement et communications
Association pulmonaire du Québec
514 287-7400, poste 235
514-443-3801

© 2016 Association pulmonaire du Québec. Tous droits réservés.

Plan du site  |  Politique sur la vie privée  |  Avis de non-responsabilité

Dernière mise à jour le 05 février 2015

11752052 visites depuis janvier 2016