1-888-POUMON-9 (1-888-768-6669)
English    Site National   Rechercher   Contactez-nous  
Association pulmonaire du Québec / Fondation Québécoise en Santé Respiratoire

Comprendre l’apparition de l’asthme pour mieux traiter la maladie


Sherbrooke, le 6 février 2009 – Une nouvelle chaire de recherche en santé respiratoire veut comprendre les mécanismes immunitaires impliqués dans l’apparition de l’asthme. Officialisé aujourd’hui, ce partenariat de l’Association pulmonaire du Québec (APQ) et de l’Université de Sherbrooke vise à trouver de nouvelles avenues thérapeutiques à cette maladie qui affecte plus de 700 000 Québécoises et Québécois.

« Les médicaments antiasthmatiques qui sont disponibles actuellement permettent aux patients de contrôler leurs symptômes. Mais ils n’influencent pas l’évolution de la maladie, précise le professeur Pierre Larivée, titulaire de la Chaire et pneumologue au CHUS. En élucidant les mécanismes immunitaires de l’asthme, on peut éventuellement identifier de nouvelles pistes de traitement. L’influence du zinc dans la réponse asthmatique est une avenue des plus intéressantes. » Le professeur Larivée a d’ailleurs présenté récemment des travaux préliminaires au congrès de l’American Thoracic Society.

Financé à hauteur de 1 M $, grâce à un soutien équivalent de l’APQ et de la Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) de l’U de S, ce programme unique regroupe un volet de recherche fondamentale et un volet d’application clinique. L’équipe de chercheurs en immunologie et en pharmacologie étudie l’apparition de la maladie, c’est-à-dire les changements des bronches face à divers irritants présents dans l’environnement. Les chercheurs s’intéressent particulièrement à l’influence du zinc dans la modification de l’inflammation asthmatique et du remodelage des bronches chez les patients enfants et adultes.

Depuis 2003, l’Association pulmonaire du Québec a accompli un travail colossal de levée de fonds qui lui a permis de verser 500 000 $ à cette chaire, via La Fondation de l’Université de Sherbrooke. « Cette réussite est grandement attribuable aux efforts de Monsieur Eddy Savoie et du Groupe Savoie, qui a généreusement accepté de présider la campagne de levée de fonds, souligne Me Lucie Bourgouin, présidente du conseil d’administration de l’APQ.

La santé respiratoire fait partie des créneaux stratégiques de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, explique son vice-doyen à la recherche, le professeur Darel Hunting. « Ces nouvelles recherches en immunopharmacologie de l’asthme regroupent l’expertise des cliniciens et des fondamentalistes, ce qui en fait un programme complet et novateur. Je tiens à souligner la collaboration exemplaire entre le Centre de recherche clinique Étienne-Lebel du CHUS et l’Université, qui s’est établie avec le souci de mieux répondre aux besoins croissants de la population du Québec. »

Il est à noter que  l’Association pulmonaire conjointement avec le Groupe Savoie ont remis un chèque au montant de 123 682 $, fruit d’un labeur commun en 2008.  De plus,  l’Association pulmonaire s’est engagée à poursuivre son implication financière annuellement.

Une maladie qui prend des proportions épidémiques

L’asthme est une maladie complexe qui résulte de la coexistence de facteurs génétiques et environnementaux contribuant à l’apparition de la maladie. L’interaction des composantes génétiques et environnementales mène à l’apparition de modifications inflammatoires importantes au niveau de l’arbre bronchique, soit l’hyperréactivité bronchique. Les bronches de patients asthmatiques réagissent donc de façon exagérée aux différents irritants des voies aériennes et allergènes présents dans l’environnement.

Au Québec, on estime à plus de 700 000 le nombre de personnes souffrant d’asthme, dont 300 000 enfants. De ce nombre, 60 % contrôlent mal leur maladie, ce qui entraîne des symptômes quotidiens, des consultations en salles d’urgence, de l’absentéisme au travail. L’impact économique associé à cette problématique se chiffre à environ 600 M $ par année au Canada.

Quels sont les symptômes de l’asthme? Toux, essoufflement, difficulté à respirer, respiration sifflante, serrement dans la poitrine, oppression, sécrétions bronchiques. Et ces symptômes peuvent survenir de façon temporaire ou continue, comme en témoigne la présidente de l’APQ, qui souffre de la maladie depuis 7 années. « Témoignage de Me Bourgouin. »

À propos du titulaire Pierre Larivée

Spécialisé en pneumologie, le professeur Pierre Larivée a suivi une formation post-doctorale en recherche sur la biologie pulmonaire - inflammation bronchique. Il est chef du Service de pneumologie du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke et aussi responsable de la clinique d’asthme pour adultes. Chercheur au Centre de recherche clinique Étienne-Lebel, le professeur Larivée est membre de l’axe asthme du Réseau de recherche en santé respiratoire du Fonds de la recherche en santé du Québec.

En prodiguant des soins aux patients asthmatiques tout en poursuivant des recherches, Pierre Larivée se trouve dans une position stratégique pour étudier les facteurs immunologiques responsables du développement de la maladie. Il est professeur titulaire de la Faculté de médecine et des sciences de la santé et chef du Service de pneumologie de l’Université.


Logo - Université de Sherbrooke

 

Nouvelles & Annonces

Facebook YouTube Twitter Flickr Ustream Ustream

© 2016 Association pulmonaire du Québec. Tous droits réservés.

Plan du site  |  Politique sur la vie privée  |  Avis de non-responsabilité

Dernière mise à jour le 10 août 2009

11757047 visites depuis janvier 2016